RÉSIDENCE VIRTUELLE:

Marie-Anne Schonfeld

du 31 mars au 30 juin 2019


lundi 1er avril

 

Dépouillement

 

Arriver à l'essentiel


voir l'invisible
qui palpite doucement
au creux du ventre

se dépouiller
de nos manteaux
d'images


entrer dans le froid de la nuit


sans repère

trouver encore la force d'avancer
vers cette rencontre
du vide 

fécond

 

 



                                                      mercredi 3 avril

 

Ouverture

 

Derrière
le rideau
on sait
le sang caché

la force des femmes
dans le cri de délivrance

le silence
des entrailles
comme jamais plus

au revers de la déchirure
une porte
vers ailleurs


                                                      vendredi 5 avril

 

Attention

 

Au rebours
de la nuit
il te reste
une impression vague

tes mâchoires serrées 
d'avoir trop mastiqué 
les mots
de l'autre monde

tu cherches
le fil ténu 
afin d'amener
à la lumière 
les bribes d'images

tu tisses
le manteau 
à la mesure des mondes
qui t'habitent


                                                             dimanche 7 avril

 

Cailloux

 

On ramasse les galets

érodés par le temps

 

une douceur qui console

au creux de la main

 

un poids

qui assure d'être en vie

 

demain

on les posera là

 

les derniers mots auront été dits

 


mardi 9 avril

 

Empreinte

 

le poids

de l'indicible

colle le corps

au chemin

 

vers quoi avancer 

 

à qui dire le cri du silence

 

on voudrait

oublier l'exil

 

respirer à nouveau

 

l'empreinte  de l'obscur

console

d'être en vie



                                                         mardi 16 avril

 

Présence

 

quand s'accordent

le cri

et le silence

du monde

 

le souffle

renaît

 

on s'autorise

à laisser

le regard

jouer

de la légèreté

de la lumière

 

trouée dans l'obscur


                                                      dimanche 21 avril

 

Intimité

 

la lumière

dessine ses napperons

sur les murs

du printemps

 

le soin pris 

aux entrelacs 

nous enveloppe

d'une forme éphémère

 

on sait accueillir

le passage

des nuages

 

rencontre du lieu

où demeurer


lundi 22 avril

 

Matin

 

 

au matin
tu écoutes le monde

tu berces
doucement
les squelettes des cauchemars

tu les habilles
d'une nouvelle peau

tu entends
les gouttes de rosée
relier l'herbe aux nuages

le soleil dessine
ton ombre



                                                      jeudi 25 avril

 

Rencontre

 

Emmurée

dans le silence

 

la douceur

de nos mains 

ramène le corps 

dans l'ordre de ce qui vit

 

comme une fenêtre

qui s' éclaire dans la nuit

 

 


vendredi 26 avril

 

Centre

 

Sous le silence

du murmure  

tu découvres

les mondes inconnus

 

la brèche

dénude le noyau 

 

encore une trame

qui se dessine

 

la peau des songes

enfin dévoilée



                                                      dimanche 28 avril

 

Lisières

 

comment fait on

pour rester

sur le seuil

de la nuit

 

comment résister

à s'immerger

dans l'obscur

 

on sait l'ancienne

lumière

qui éclaire

 

la peur

qui taraude

 

et les traces de vivre


                                                      mercredi 1er mai

 

Chemin

 

tu boites
sur le chemin

tes ailes dépareillées 
te collent à la terre

tu oscilles 
entre le désir d'envol
et l'abandon

ton pas  

tenace
cherche seul

la source
tapie dans le brouillard


                                                       jeudi 9 mai

 

Texture

 

Tu voudrais

parfois trouver à dire

 

il n'y a pourtant

que l'abandon à ce qui surgit

comme pause au silence.

 

la texture de l'âme

se déploie

dans les marges


samedi 11 mai

 

Matin

 

 

chaque matin
avec ce manque
au fond du ventre

nous allons

vers la rencontre
qui viendrait
panser la blessure

la courbe du jour
guide nos pas

le souffle
rejoint
la danse
entre nous
et le ciel

où allons nous